Présentation nouveaux membres

Bonjour Alejandro,
Je vois que tu es dans les Hauts-de-France. Je saute sur l’occasion : nous organisons à Centrale Lille (Villeneuve d’Ascq) un atelier de travail sur les low-tech dans la région Haut-de-France le 1er juillet. Une partie des participants sera en visioconférence. Tu peux voir le sujet associé dans la discussion : événements de la communauté > rencontre Low-techs en Hauts-de-France.
Et bienvenue sur le forum.

Bonjour tout le monde,

Je m’appelle Gorka Gorazureta.
J’ai commencé à entendre parler des Low-Tech pendant mes études d’ingénieur chimiste il y a 5-6 ans. Après ça, j’ai gardé un oeil sur les évolutions du mouvement. Je suis inscrit sur le forum depuis déjà quelques mois mais je n’avais jamais pris le temps de me présenter.

J’ai profité du contexte Covid pour faire un master de sociologie à l’ENS de Lyon et j’ai consacré mon dossier d’étude de socio-histoire de l’enseignement supérieur et de la recherche (ESR) à l’émergence d’un mouvement Low-Tech au sein de l’ESR. Dans le cadre de ce projet, j’ai été amené à réaliser des entretiens avec quelques acteurs (parfois critiques) du monde Low-Tech et à recenser/analyser les différentes initiatives qui peuvent exister dans l’ESR autour des Low-Tech.
Si certains sont intéressés, je peux vous transmettre mon dossier avec plaisir.
Il n’est pas impossible que mon responsable de master ne se penche à son tour sur le mouvement Low-Tech dans les prochains mois.

5 « J'aime »

@Gorka Je suis vraiment très intéressé par ton dossier. Souhaites-tu le transmettre en privé ou est-il envisageable de mettre un lien sur le forum pour le télécharger publiquement ?

Salut,
Je l’ai mis dans le dossier Zotero dédié.
Si tu as des questions, n’hésite pas.

3 « J'aime »

Est ce que la demande d’autorisation d’accès est voulue ?

Bonjour,
Je suis Pierre Lefranc, Maître de Conférences ENSE3/G2Elab.
Je travaille sur des systèmes d’électronique de puissance.
Les aspects « techno-critiques » m’intéressent depuis quelques années après voir lu quelques textes de Jacques Ellul, Ivan Illich et André Gorz.
Je m’intéresse aussi depuis peu aux concepts développés par Bernard Stiegler (entropie, néguentropie, recherche contributive, etc.) avec l’espoir de m’approprier ces concepts pour ensuite passer à l’action en recherche et en enseignement… Programme ambitieux…
Au plaisir d’échanger avec la communauté autour de ces sujets !
Cordialement
Pierre Lefranc

4 « J'aime »

Bonjour à toutes et tous. Je suis Romain Allais. Plombier chauffagiste en vélo depuis deux ans sur Nantes.

Avant ça j’ai fait un long parcours jusqu’au diplôme d’ingénieur et un master spécialisé ville et énergie au Mine de Nantes. Je m’intéresse à la low tech depuis plusieurs années mais j’ai d’abord voulu explorer les sujets sociétaux (économie, histoire, socio, politique) avant de replonger dans la technique (CAP) et ainsi me présenter à l’association APALA, plus ou moins l’antenne nantaise du low tech lab, avec pas mal de trucs à proposer.

Je suis ici pour deux aspects :

  • Le plaisirs important d’échanger avec des pairs cherchant à repousser le dôme des futures possibles
  • Une question plus triviale de recherche de financement pour un poste à mis temps au sein de l’association qui pourrait passer par de l’enseignement ou de la recherche.

Je cherche donc des contacts dans des écoles ou des centres de recherche pour étudier les possibilités de thèse, de création/participation à des cours ou d’autres activités.

Nous prévoyons déjà d’organiser des conférences, des fresques low tech et sommes en contact avec pas mal d’acteurs locaux.

Merci de votre lecture et bonne journée à tout le monde !

4 « J'aime »

Michel Briand, acteur des réseaux coopératifs et des communs et directeur d’études émérite à l’IMT Atlantique
Je co-anime le magazine Innovation Pédagogique sur les innovations et initiatives en transition dans l’enseignement supérieur francophone et l’espace collaboratif Riposte Créative Pédagogique en réponse à la crise du covid et à la crise climatique.*

Riposte participe au donner à voir à l’aide de fiches initiatives et fiches ressources( dont une centaine autour de la Transition (en liens) et une douzaine sur les lowtech ; l’écriture est ouverte et bienvenue pour partager l’information.

En préparation du Forum des usages coopératifs] (5 au 8 juillet Brest) qui aura des sessions autour des Lowtech, de la santé ouverte, des Fabcities et d’enseigner la transition j’'organise avec Riposte créative Pédahggique un webinaire collaboratif sur les lowtech dans l’enseignement supérieur le 8 mars.*

5 « J'aime »

le webinaire lowtech dans l’enseignement supérieur
le Forum des usages coopératifs 2022 sur le thème de la convergence des transitions

Bonjour à tous,

Ca fait quelque temps que j’assiste aux webinars et que je suis inscrit sur le forum mais je ne m’étais toujours pas présenté je crois (oups!).
Je m’apelle Adrien, je viens de soutenir ma thèse en physique pour les sciences du vivant (ce qui n’est pas du tout lowtech…). Mais je m’intéresse aux enjeux environnementaux et il me semble que les lowtechs sont une des meilleures façons d’y répondre et j’ai beaucoup apprécié enseigné pendant ma thèse. Et j’ai eu la chance d’être encadré entre autre par Martial (que la plupart d’entre vous connaissent bien), d’où le fait que j’ai pu m’intéressé un peu plus au sujet.
Maintenant que j’ai pas mal de temps à disposition, j’aimerais me pencher encore plus sur les lowtechs et voir si éventuellement je ne bifurquerais pas sur ce sujet.

5 « J'aime »

Bonjour à toutes et tous,

Je me présente je ne m’appelle pas henry mais Nicolas (Nico c’est pareil :wink: )

Je suis ici pour réussir ma vie dans les Low-tech car après des tentatives en centre de R&D et Bureau d’études, je préfère me concentrer sur ce en quoi je crois.

J’ai commencé les Low-tech par la Myne à lyon (il y a de ça 5-6 ans) et après moultes péripéties j’y reviens. Je suis en cours de développement d’une plateforme de R&D collaborative afin de proposer les méthodes, bonnes pratiques, outils … de développement autour des Low-tech, du libre. Konsilion – Développer, proposer et promouvoir la Low-technology.

Ma vie (depuis le lycée) en quelques lignes : 3mois de prépa ratée (mais bien) > DUT Lyon en bâtiment et construction durable > Volontourisme au Népal 6 mois > 3 ans école centrale de Lyon en alternance sur les ACV > 6 mois Côte d’Ivoire avec l’IRD > 1an 1/2 BE en AMO méthanisation agricole > 6 mois de menuiserie en atelier > 4 mois sur Konsilion.

Voilà, voilà,

A très vite :smiley:

5 « J'aime »

Bonjour à toutes et tous!

Je suis Gilles Decroly, ingénieur biomédical de formation. Je suis en train de terminer une thèse dans le domaine des dispositifs biomédicaux à l’Université libre de Bruxelles. J’ai également pas mal trainé dans le fablab de l’université.

Je m’intéresse aux low-techs depuis quelques années, et de plus en plus aux aspects techno-critiques. Je compte intégrer ces dimensions au cœur de mes futurs projets.

Au plaisir de discuter avec vous sur ces sujets!
Gilles

4 « J'aime »

Bonjour à toutes et à tous,

Je suis Nicolas Pugniet, je suis ingénieur en conception mécanique depuis 10ans, et je m’intéresse depuis quelques temps au low tech. J’ai commencé par lire quelques livres (Bihouix), puis écouter des podcast, et de fil en aiguille, j’en suis arrivé à vouloir transmettre mon intérêt pour les low tech autour de moi.
En septembre je vais commencer une nouvelle activité de vacataire à l’ENISE (Ecole Nationale d’Ingenieurs de Saint Etienne), pour encadrer des projets de conception.
J’aimerai vraiment apporter la dimension Low Tech aux étudiants lors de ces ateliers, et je suis à la recherche de ressources (idées de cours, d’atelier de conception, etc) .
D’où mon arrivé sur ce forum que j’ai découvert aujourd’hui ! :slight_smile:

Au plaisir
Nicolas

4 « J'aime »

bonjour
Je m’appelle Philippe Roche, physicien et chercheur au CNRS à Grenoble. J’espère que les échanges sur ce site me permettront d’identifier des besoins / points durs dans la conception ou l’optimisation d’objets low-tech. Je cherche particulièrement des besoins qui pourraient profiter du riche environnement technique de mon laboratoire (« high-tech pour les low-tech »), de mes spécialités (thermique, basse température, hydrodynamique, turbulence, instrumentation, acquisition, modélisation) et de celles de mes collègues techniciens et chercheurs.
Exemples de projets : optimisation des turbines Francis centenaires présentes sur les moulins de basse chute et torréfacteur de bois fabriqué par recyclage de cryostats non réparables destiné à augmenter la durée de conservation du bois de chauffage.
Ph.

4 « J'aime »

Bonjour à toutes et tous,

Comme il est de bon temps entre gens courtois, je passe ici par la case ‘’présentation’’.

Loïc Beucher, la quarantaine, intéressé pas les low-techs parce qu’elles sont à mon sens le seul avenir envisageable de ce qu’est la technologie.

Nous avons été envahis par la technologie évolutive, mais son paradoxe engloutisseur d’énergie et de ressources se retrouvera face au mur de la réalité.
Plutôt qu’attendre le point de rupture, je préfère commencer à piocher le sujet pour m’adapter afin de ne pas retourner au monde des cavernes.

Je n’ai pas de doctorat, ou de master, un simple Bac STI Génie des matériaux suivi d’un BTS Étude et Réalisation d’Outillages de mise en forme des matériaux. Je travail actuellement chez un sous-traitant automobile, mais je constate chaque jour que c’est de moins en moins viable et que ma place est ailleurs.

J’espère pourvoir faire profiter de mes connaissances, échanger, partager, avancer avec tous.

1 « J'aime »

Bonjour tout le monde,

Je suis ingénieur/chercheur français basé aux Etats-Unis, pivotant vers l’enseignement de Low Tech Engineering dans les universités américaines. Je suis pour l’instant postdoc à Duke University, et j’espère pouvoir implémenter des cours/cursus/workshops Low Tech si j’obtiens un poste plus permanent, et pourquoi pas créer un « Low Tech Lab » académique (par exemple en lien avec ma « spécialité », la géomécanique). Je compte m’appuyer en particulier sur les maker spaces qui occupent une place importante au sein des universités américaines.

Pour l’instant, j’ai réussi à convaincre le manager du maker space de Duke de me laisser organiser des workshops Low Tech pour les étudiants ce semestre et le semestre prochain si ça se passe bien. Je suis en train de préparer un plan de route et quelques ressources éducatives, en suivant les wikis du Low Tech Lab notamment.

Comme je fais ça en dehors de mon travail de postdoc, je ne peux malheureusement pas y consacrer le temps que je voudrais. Y aurait-il des ressources/ retour d’expérience à ce sujet? Par exemple, des présentations adressées à un public qui n’a jamais entendu parler des Low Tech, quels workshops auraient le plus de succès auprès des étudiants, etc…
Sans doute devrais-je créer une discussion séparée sur ce forum? Je vais continuer à fouiller parmi les ressources déjà disponibles.

Merci bien,
Alex

2 « J'aime »

Bonjour,
Le torréfacteur de bois est solaire ?
G.

1 « J'aime »

bonjour, La 1ere version n’est pas solaire : elle repose sur combustion d’une partie du chargement de bois dans une étuve (comme les charbonnières d’antan). En effet, l’idée était d’explorer aussi la phase de pyrolyse (-> charbon de bois, biochar, …) avec le même prototype. Ceci dit, s’il est possible de faire la montée à 200°C sur un design solaire, cela suffirait largement pour l’étape de torréfaction et cela pourrait peut-être permettre d’amorcer une pyrolyse en brûlant les gaz combustibles qui se dégagent du bois à plus haute température. Si l’on peut monter largement au dessus de 200°C en solaire, les vapeurs pourraient être récupérées par condensation plutôt que les brûler (vinaigre de bois, méthanol,…). Il reste à faire des chiffrages (énergie, pollution, pertinence,…) pour valider cette voie solaire. Il y a une vaste littérature mais je n’ai jamais vu d’approche intégrant du solaire. Ph.

1 « J'aime »

Bonjour à toutes et à tous,

Arnaud Legrand, je suis chercheur CNRS en informatique au LIG. Ma spécialité de recherche est l’évaluation et l’optimisation de performance en lien avec le calcul scientifique. J’ai un engagement fort autour des questions de science ouverte et de reproductibilité de la recherche. Ma prise de conscience des enjeux environnementaux date d’il y a quelques années et depuis, je me renseigne sans savoir trop encore comment passer à l’action et utiliser au mieux ma position (à part en encourageant les bonnes volontés et en leur donnant les moyens d’avancer). Cela ne fait que quelques mois que j’ai découvert les low tech (merci @RomainCouillet) et je trouve le sujet passionnant et susceptible d’être réellement transformant et fédérateur. Pour l’instant, je me nourri des articles du low tech magazine de Kris De Decker afin d’imaginer le rôle de l’informatique dans ce mouvement.

3 « J'aime »